Pourquoi la paresse est propice à l’inspiration

Je vous écris de ma maison de campagne, au coin du feu, je viens de terminer une bande dessinée, j’écoute Ella Fitzgerald.

Ces quelques jours entre Noël et Nouvel An, j’ai senti la paresse s’emparer de moi. Ici, dans le nord de l’Europe, quand les jours deviennent de plus en plus courts et que la brume envahit le ciel, nos corps et nos esprits ralentissent. Il est temps de se régénérer. Il est temps de réfléchir à son passé et penser à son futur. Pour ma part, je sais que cette période m’inspire plus que jamais.

Il y a plein de façons d’être inspirés

En lisant, en écoutant un bon orateur, ou encore après une rencontre avec quelqu’un d’exceptionnel. La semaine dernière par exemple, j’ai rencontré un homme avec qui j’ai travaillé sur un projet il y a plus de 10 ans. Un ancien de P&G. Comme tout le monde, il n’est pas parfait, mais il est droit et direct. Je le savais déjà relativement âgé mais j’étais abasourdi quand il m’a dit son âge : 80 ans. Je ne pouvais pas le croire. Impeccable. Intelligent. Vif d’esprit. Peu importe ce qu’il compte faire, j’ai tout de suite ressenti de la sympathie pour lui et une bonne dose d’optimisme quant à mon propre futur. Tout comme quand je vois les Rolling Stones continuer à faire du rock et monter sur scène à plus de 70 ans. Mais c’est une autre histoire !

Mon sujet est : « comment trouver de l’inspiration ? »

Mon expérience m’a appris que nous ne pouvons pas être suffisamment inspirés quand nous sommes trop stressés, quand nous sommes hyperactifs, quand nous sommes dans l’action ! Le célèbre Secrétaire d’Etat Henry Kissinger a eu une longue carrière dans l’enseignement et en tant qu’écrivain avant d’entrer dans la vie politique. Il a dit un jour « les bons leaders devraient passer autant de temps que possible à réfléchir et théoriser avant d’accéder au pouvoir parce qu’une fois qu’ils seront rentrés en fonction, ils n’auront plus le temps de penser aux fondamentaux ». Il avait vraiment raison. Mais dans nos temps si frénétiques, comment appliquer cela ? Après quelques années d’études, nous entrons directement en action et nous ne nous arrêtons jamais. Quelques-uns d’entre nous choisissent de continuer à suivre des formations par après mais la formation des dirigeants est généralement si rapide et intense qu’elle ne laisse pas de temps à la réflexion.

Vous ne pouvez pas vous régénérer si vous ne stoppez pas votre rythme de vie effréné

C’est tout simplement impossible. Vous ne pouvez pas ressourcer votre esprit si vous ne prenez pas du temps pour vous retrouver. Vous avez besoin de calme, de solitude, de structurer vos idées et libérer votre créativité. La plupart des programmes de formation ne prônent pas cela. Au contraire, ils promettent tous : « Ici vous travaillerez 15 heures par jour, vous passerez vos soirées à préparer vos cours, si possible en groupes, vous tâcherez d’acquérir un maximum de connaissances dans le moins de temps possible, bla bla bla ». C’est tout simplement n’importe quoi ! Cela aboutit à des groupes de leaders et managers ambitieux qui regardent en vitesse quelques conférences d’un œil et discutent de pseudo-cas qu’ils n’ont même pas pris la peine d’analyser sérieusement avant la séance de formation. Le tout en regardant constamment leur smartphone, en répondant à leurs mails et en essayant de résoudre les problèmes opérationnels laissés au bureau. C’est une blague ! Et les entreprises paient des millions pour ce genre d’apprentissage accéléré !

1*_REsxBo-lblJTuSFh65mkQ.jpeg

Regardez quelques grands leaders, artistes et sportifs de haut niveau

Sophie Dutordoir, par exemple, est la première femme aux commandes de la SNCB http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/Politique/1.2846020

Après une brillante carrière chez Suez en tant que CEO, elle a tout arrêté durant trois ans pour ouvrir une épicerie fine dans une petite ville près de Bruxelles. Le monde du business pensait qu’elle était devenue folle. Mais elle avait raison. Elle a pris le temps de régénérer les batteries et sera maintenant, j’en suis convaincu, un meilleur CEO que jamais ! C’est la même chose dans d’autres professions. Tous les chanteurs et musiciens, en tant que créateurs, ont passé des années sans faire de shows, entre 2 albums. Ils vont chercher l’inspiration dans un environnement non stressant.

Le temps est venu d’investir un peu de temps en vous !

Votre première réaction sera de dire « non ». « Non, je ne peux pas. Non, je ne peux pas laisser mon travail pour une semaine. Non, j’ai besoin de m’occuper de ma maison, de ma famille, de mes amis. Non, c’estdéfinitivement impossible » ! Il est donc temps de vous demander : êtes-vous un esclave ou une personne libre ? Comment est votre vie ? Passez- vous du temps à prendre soin de tout le monde, de tout ce qui vous entoure sans que personne ne prenne soin de vous ? Quelle est votre vraie valeur ajoutée ? Etes-vous un vrai leader ou juste un bon soldat aux ordres ? Etc.

Ne laissez jamais l’agitation guider votre vie !

La vie, ce n’est pas être épuisé, se reposer un peu, avant de recommencer à être une sorte de machine humaine. Cela peut certes vous rassurer mais cela détruira votre efficacité, votre clairvoyance et tout simplement votre vie. Ce n’est pas ce que vous recherchez, n’est-ce pas ? Ni le burnout bien sûr ? Pensez-y !

Que ceci vous inspire ! Epicez votre vie !

jean-pierre.baeyens@ulb.ac.be-  https://profbaeyens.com – Décembre 2017

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s